Archive pour mai 2012

Belvita, un changement de nom réussi

Pour communiquer sur le changement de nom, la marque a misé sur une première prise de parole en affichage en mars sur les réseaux CBS. Les résultats du post test sont édifiants : la marque a réussi son pari et le média a prouvé son efficacité. La création a réussi à inscrire le message du changement de nom sans perturber les consommateurs et en sécurisant la nouvelle signature. Le visuel ne suscite pas de confusion et le changement de nom s’opère facilement via le point d’ancrage fort sur le nom Belvita. 72% des femmes interrogées disent que la campagne se comprend au premier coup d’œil (vs 66% norme Alimentaire). La valeur persuasive est remarquable avec +20 points. Enfin, plus du tiers des individus déclarent une intention positive d’acheter des biscuits LU Belvita.

Pause café Belvita

Les marques Belvita et Côte d’Or (Kraft Foods) sont présentes sur les gobelets des machines à café de 2 500 entreprises françaises grâce à un dispositif orchestré par la régie Cup Factory, spécialisée sur le média gobelet. Deux millions de gobelets dans les distributeurs automatiques de 5 500 machines à café du réseau «Actifs» de Cup Factory.

 

Positionnés à proximité de 3 000 distributeurs de confiserie référençant les marques Belvita «Le nouveau Lu Petit déjeuner» et Côte d’Or, les gobelets doivent permettre de booster les ventes de ces produits dans l’univers de l’entreprise. Les gobelets Belvita seront proposés jusqu’au 11 mai et les gobelets Côte d’Or du 21 mai au 8 juin.

Mediakiosk : des réseaux renforcés

MédiaKiosk poursuit l’optimisation de son offre, renforçant par ailleurs ses performances Affimétrie avec 10% de faces supplémentaires sur son réseau «Grand Paris». Reconfiguration de certains réseaux comme le « Grand Paris » en effet qui passe de 436 à 480 faces, dont 380 faces à Paris et 100 en banlieue, soit une présence sur tous les kiosques de la capitale et sur 63 villes majeures autour de Paris.

De meilleures performances Affimétrie : de nouvelles adresses premium impactent les résultats Affimétrie enregistrés par le nouveau réseau : avec une couverture de 74% sur les 15 ans et +  et de 78% sur les CSP+, le réseau « Grand Paris+ » obtient un indice GRP de 121 (vs les plus de 15 ans), confirmant son audience auprès des actifs et des foyers à hauts revenus.

Tendance urbaine et mouvement civique : se réapproprier l’espace urbain…

Inspirée du guerilla marketing, la tendance de fond de plus en plus visible et visuelle des Guerilla library, Guerilla Bench, Yarn Bombing ou Guerilla Gardening frappe  sur tous les continents… comme une forme d’activisme culturel et social pensé dans et pour la ville. Semer des fleurs, installer des librairies ou recolorer les murs, autant d’actions d’embellissement ou de confort dans la ville pour tous. On doit les premières actions de Guerilla Gardening à Richard Reynolds (ancien publicitaire qui a commencé à planter des tournesols sur des espaces publics il y a 10 ans).

Le mouvement revendique une action discrète mais concrète pour la ville et pour le confort des urbains. « Demain, les murs le long des trottoirs s’adapteront à vos besoins. Ils vous serviront du café, se transformeront en abri ou afficheront les infos qu’il vous faut », peut-on lire sur http://www.soonsoonsoon.com au sujet de la guerrilla-bench imaginée par le designer allemand Nils Volkmann qui a fait d’un banal compteur électrique un espace de convivialité urbaine. Lorsqu’on ouvre le compteur on découvre un banc en bois pliable.  

Un credo : améliorer la qualité, l’esthétique et le confort en ville. Faire de la ville un espace adaptatif et créatif, synonyme de convivialité.  Faire de ses habitants des citoyens participatifs.

photo : Guerilla Librairies, New-York par John Locke et le banc de Nils Volkmann

 

Tendances marché AUTO : vers une « voiture verte » ? …

15% des futurs acheteurs de voitures sont prêts à acheter prochainement un véhicule écologique, selon Specific Media et Research Now. 90% des consommateurs français envisageraient d’acheter une « voiture verte», mais 61% des personnes interrogées ne sont pas prêtes à payer un surcoût pour un produit ou un service écologique.

Dans la décision d’achat d’une «voiture verte», le prix reste un facteur déterminant pour 89% des personnes interrogées, même si 74% d’entre elles réalisent aussi que ce type de véhicule leur permettra d’économiser sur le coût de fonctionnement dans le long-terme.

Le manque d’information est un autre frein à l’achat pour 44% des sondés. Pour s’informer sur les véhicules écologiques, 3 consommateurs sur 4 privilégient Internet, loin devant la télé (34%).

Sur ce secteur de la voiture écologique, la Toyota Prius est le véhicule le plus reconnu par les Français. Les marques les plus citées sur ce segment sont principalement Toyota (38%) et Renault (21%), loin devant Peugeot (9%), Citroën (7%), Volkswagen (4%), Dacia et Nissan (4%), Ford et Opel (3%), BMW et Mercedes (2%), Fiat, Seat et Chevrolet (1%).

Source : l’étude a été conduite en septembre 2011 auprès d’un panel de plus de 500 consommateurs français représentatifs de la population française. Les répondants étaient obligatoirement détenteurs du permis de conduire et ont donc plus de 18 ans.

Toshiba Tec va au-delà … la fin du QR code ?

Toshiba a développé une nouvelle technique de reconnaissance visuelle. Cette révolution dans les scanners de supermarché pourrait même sonner le glas du QR CODE.

L’innovation l’Object Recoginition Scanner est un scanner à reconnaissance visuelle qui peut reconnaître chaque produit simplement à l’aide de sa caméra. Il serait  même capable par exemple de distinguer deux pommes sur leur couleur et leur forme.

On vous avait prévenus … TrendOOH 4

Source INFLUENCIA, 2 avril 2012,  digitalforreallife.com / Toshiba Tec

Le mobilier numérique : perception, attractivité et efficacité par Media Transports Pôle Gares et Iligo

Media Transports Pôle Gares a lancé plusieurs études quali et quanti avec Iligo pour mesurer à la fois la perception, l’attractivité et l’efficacité pour les consommateurs et voyageurs du mobilier numérique installé en gare. Les voyageurs parlent d’écrans, de formats vidéo, de films, de vidéos animées. Ils sont davantage dans un rapport à la TV plutôt qu’à l’affiche. «Cela confirme bien que l’approche doit être radicalement différente et que le mobilier numérique doit être présenté comme une solution de communication spécifique. L’intérêt du consommateur est d’autant plus suscité que l’on entre dans un processus narratif», indique Eric Merklen, directeur marketing de Media Transports.

Ces écrans qualifiés de «high-tech, novateurs et design», contribuent à l’animation en gare (77%), les rendent plus modernes (82%) et plus accueillantes (59%). L’esthétique des écrans renvoie ce mobilier à l’univers des écrans plats de télévision (73%), Une analyse basée sur le parcours du regard montre que l’affichage numérique capte mieux le regard des passants qu’un panneau statique : un écran numérique est 4,5 fois plus regardé que sa part d’espace dans l’environnement contre 1,8 fois plus pour un panneau statique. Les publicités sur écrans mettent bien en valeur le produit (83%).

Pour mesurer l’efficacité des campagnes publicitaires diffusées sur les supports digitaux en gare, Media Transports Pôle Gares et Iligo ont mis en place en novembre dernier un baromètre Digiscore, qui leur permet d’interroger tous les 15 jours un peu plus de 300 individus par vague (1 656 individus en cumul) sur 4 indicateurs : la reconnaissance publicitaire, l’agrément de la création, l’incitation à se renseigner, l’incitation à la conversion en achat, visite, souscription… Les 24 campagnes post-testées depuis la mise en place du baromètre ont fait apparaître un taux moyen de reconnaissance des campagnes de 30%, un taux d’agrément de 72%, une incitation positive à se renseigner de 50% et un taux d’incitation à acheter, visiter ou souscrite de 38%. En 2012, des mesures seront effectuées «en grand large», lorsque plusieurs écrans numériques sont disposés les uns à côté ou à proximité des autres.

Media Transports Pôle Gares a installé 430 mobiliers numériques en gare depuis avril 2011. La régie entend disposer d’un parc de 700 unités d’ici la fin de l’année.

L’influence publicitaire de la TV recule

58 % des Français interrogés par Deloitte déclarent que les spots télévisés ont une influence sur leurs achats, alors qu’ils étaient 67 % un an plus tôt.

A l’inverse, le rôle d’Internet s’accroît. Selon l’Observatoire international des usages et des interactions médias, 50 % des internautes citent la publicité en ligne comme vecteur d’influence sur leurs achats, soit 27 % de plus qu’il y a un an. Un bémol important cependant 77 % jugent la publicité en ligne intrusive (un tiers d’entre eux déclarent même être prêts à payer pour des contenus, afin de moins la subir).

Réalisé fin 2011 pour la deuxième année en France, auprès d’un échantillon représentatif de 2.038 internautes, l’Observatoire apporte plusieurs autres enseignements. Sur les usages mobiles, par exemple. S’il paraît assez naturel que 52 % des Français interrogés utilisent leur smartphone en déplacement, il est plus surprenant de noter que 36 % l’utilisent aussi chez eux. De même, 72 % des détenteurs d’une tablette déclarent l’utiliser à la place d’un ordinateur mobile. L’étude note néanmoins que les internautes interrogés préfèrent l’ordinateur (fixe et mobile) pour surfer sur Internet : il représente 79,5 % du temps passé sur le Web. Quant à la lecture de journaux : le papier reste le support préféré de 49 % des Français interrogés, tandis que 40 % déclarent les lire sur ordinateur. Parmi les possesseurs d’une tablette, 22 % l’utilisent pour lire les journaux, le papier restant le support préféré de 39 % d’entre eux. Source Les Echos, 7 mai 2012.

Mobilier urbain intelligent, au-delà des services : l’information pour tous.

Ne dites plus « MU » mais « MUI » : mobiliers urbains intelligents par JCDecaux en test à Paris.

Le but étant de « faciliter l’accès à l’information, en dehors de ce que peut apporter un smartphone, et créer des rendez-vous », Albert Asséraf, Directeur Général Stratégie, Etudes et Marketing de JCDecaux France.

Le Concept –Abribus : il ne s’agit pas seulement de proposer des équipements de confort (banc et toit plus larges, accès par l’arrière, toit vitré éclairant la nuit et filtrant les rayons du soleil le jour, connexion Wifi gratuite, possibilité de recharger son mobile, un défibrillateur connecté et supervisé à distance par GPRS) mais aussi de donner l’accès à l’information à travers une sélection d’une quinzaine d’applications. Ces applications sont contextuelles et pratiques et font sens pour les usagers de la ville. Elles sont regroupées en 4 bouquets : “Se Déplacer”, “Que faire à proximité”, “Découvrir Paris” et “Culture et Info”.

Les mobiliers intègrent 4 dispositifs numériques :

un bandeau LED : il reprend en temps réel, l’information voyageur de la RATP et l’actualité nationale et internationale de l’AFP (en français et en anglais)

une face de 72’’ : réservée à des photos de la capitale, fournies par La Parisienne de Photographie (cette face aurait vocation à reprendre des contenus publicitaires. Pour le moment en effet, dans le cadre de l’expérimentation, aucune communication commerciale n’est autorisée).

un Décodeur urbain : un dispositif tactile qui se décline, dans le cadre de cette installation sous deux formats d’écrans : 42” et 22” (ce dernier pour les personnes à mobilité réduite).

Un écran de 22” : présente des offres d’emploi géo-localisées. Les annonces mises en avant sont issues d’un partenariat avec Mappingjob.com (Groupe Derichebourg).

Le  Concept-Abribus et le Décodeur Urbain (visible uniquement Place de la Bastille (Angle Bd Henri IV) retient l’attention et l’agrément des parisiens avec plus de 15.000 connexions à l’écran recensées depuis son lancement le 20 mars dernier. Les utilisateurs restent en moyenne 1 minute 27 sur une application. Les Mystères de Paris et Dis moi Où sont les services les plus utilisés.

« au cœur de la ville la rencontre entre l’information et le citoyen », Emmanuel Hoog PDG de l’AFP.

A propos de l’appel d’offres Mobilier Urbain Digital lancé par la ville d’Angers remporté par JCDecaux :

15 mats numériques de 2.5m² et 3 mobiliers LED de 8m². La moitié de l’espace sera exploitée par la municipalité pour sa propre communication, l’autre moitié sera commercialisée par JCDecaux.

Une première : la reprise de contenus en temps réel. Le mode de commercialisation change pour s’organiser autour d’une offre flexible et segmentée, dans une logique de mediaplanning (sur le modèle et le rythme de ce qu’on connait en Radio notamment). En effet, si un annonceur veut être présent une heure par jour pendant un an, cela sera possible. Angers s’avère être une plateforme d’expérimentation avant d’autres

A l’affiche dans le métro…fantôme

 

Un sticker Prometheus sur le plan de la ligne 9 du métro Parisien annonce l’ouverture d’une station de métro fantôme. La Fox habillera la station Saint-Martin du 16 au 25 mai aux couleurs de la grotte présente dans le film de Ridley Scott (station fermée depuis 1939 entre République et Strasbourg-Saint-Denis (direction Pont-de-Sèvres).