Les français et la publicité : « je t’aime moi non plus »…

Les français et la publicité : ce n’est pas qu’ils ne l’aiment pas, mais c’est qu’ils la jugent sévèrement. La publicité lasse et ennuie si elle ne se renouvelle pas. 2012 avait marqué un léger rebond, 2013 se solde par une déception. La 10ème édition de l’étude Publicité & Société, (Australie avec TNS Sofres, octobre 2013), concernant les valeurs des marques, la perception de la publicité ou encore le plaisir du shopping, alerte sur des résultats à la baisse. L’image de la pub recule en effet en 2013 avec une note moyenne de 4,2 sur 10. La publicité est notamment jugée banale à 64% (+7 pts). Vincent Leclabart, président de l’agence Australie, en appelle à la créativité et au renouvellement voire à la rupture. Il réaffirme que «les fonctions divertissante et informative sont d’autant plus opportunes en période de crise (…) nous devons créer de la relation, de l’émotion».

Le profil des publiphiles a évolué au cours de ces dix dernières années : il est plus féminin (62% de femmes, + 4 points) et moins jeune (31% de 15-34 ans, -11 pts). L’étude recontextualise le rôle de la publicité dans un environnement où les conditions de consommation bougent en même temps que le rapport aux marques. On est ainsi plus sélectif en faveur de celles dont on se sent proche. On peut dégager une note positive tout de même : 71% des Français jugent la pub utile et/ou agréable, mais les marques doivent continuer de séduire (seuls 34% des interviewés disent que les grandes marques les attirent soit -6pts vs 2008).

 

Laisser un commentaire